T’AS LES BOULES, T’AS LES GLANDES…

…T’as les crottes de nez qui pendent ! Comme on se sentait sprituel quand on balançait cette phrase toute en finesse à un copain ou une copine de classe qui pétochait de trouille devant un plongeoir un peu trop haut ou une petite araignée de rien du tout. Car c’est un fait : on a tous peur de quelque chose. De plusieurs choses, même.

Il y a les choses dont tout le monde ou presque a peur (la mort, entre autres).

Il y a des choses dont une large majorité de genre ont peur (les serpents, les migale ou un frigo sans Rosé au frais un jour de barbecue).

Et puis… et bien, il y a nos peurs perso, celles que nous sommes les seuls à cultiver, celles que les autres ne comprennent pas, et ce sont souvent celles-là même qui sont les plus irrationnelles. Moi, par exemple, je l’ai déjà dit ici, j’ai la phobie des paons. Je sais que tout le monde les kiffe, mais moi, ils me pétrifient, ils me terrifient, ils me tétanisent au point de ne même pas oser y penser par peur de faire des cauchemars (d’ailleurs, je crains pour la nuit qui vient, un paragraphe entier sur eux, je vais morfler grave).

Quand on a une peur comme la mienne, tellement forte et inexplicable que l’on perd tout sens commun à son contact, comment expliquer à son enfant que les peurs, c’est fait pour être combattues ?

Je vous raconte tout cela parce que Simon est dans sa phase « a peur, Maman ». Tout lui fait peur : monter sur un tracteur, descendre une marche un peu haute, s’approcher d’un chat ou même entendre une moto démarrer. Cette notion de peur est complètement nouvelle chez lui, et j’ai d’ailleurs pensé au début qu’il disait cela sans en comprendre le sens.

Et puis, en y réfléchissant, je me suis dit que c’était loin d’être le seul sentiment qui se développait en ce moment chez lui. Quand il me dit « j’adore le jambon », « je suis content que Maman est là » ou « je veux pas que Babie parte », je ne doute pas qu’il pense sincèrement ce qu’il dit, et surtout qu’il exprime par cela une réelle sensation de bien-être, de plaisir ou de tristesse. Pourquoi donc devrais-je douter de lui quand il me dit avoir peur ?

Quand il me fait part de l’une de ses craintes, je cite une phrase issue d’un livre qu’il aime bien, « Ce que Papa m’a dit », d’Astrid Desbordes : « Si tu as peur, ne la laisse pas gagner ». Mais pourtant, je me sens un peu hypocrite de lui dire cela alors que moi même, je laisse ma phobie des paons gagner au point de m’interdire certains parcs où ils sont en liberté ? Que j’ai mis du scotch opaque sur la photo d’un paon dans un imagier ? Quand nous-mêmes avons des peurs que l’on ne sait pas maîtriser, comment apprendre à son enfant à mieux gérer les siennes ?

Je n’ai pas encore de réponse à ce sujet. Peut-être que vous, si. Je serai contente de les entendre ou de les lire, d’ailleurs, cela m’aidera sûrement à mieux appréhender cette émotion nouvelle chez lui.

Parce que la peur, c’est quelque chose avec lequel on vit de plus en plus, par la force des choses, par la force de l’actualité, par la force de la bétise humaine. J’ai eu atrocement peur hier. J’ai écouté les infos avec Simon en partant le matin, j’ai eu les larmes aux yeux, j’ai eu la rage au coeur.

Et mon fiston, deux ans et quatre mois, qui me dit alors de sa petite voix tendre : « A pas peur, Maman ».

Je ne comprends plus rien, mais lui, il comprend définitivement tout.

2 commentaires sur “T’AS LES BOULES, T’AS LES GLANDES…

Ajouter un commentaire

  1. Très bien ce new look, ce petit coup de frais et de modernité te va bien, je trouve! C’est marrant cet article car il me semble que ton Simon et ma Bouclette n’ont que quelques jours d’écart, et elle est elle aussi en plein dedans! Elle avait même peur de l’ombre des bulles dans le bain…très pratique! Mais bon, sa soeur nous l’avait fait au même âge, je pense que c’est transitoire.

    J'aime

  2. Je prends enfin le temps de commenter. J’ai toujours 2 trains de retard (et des valises aussi accessoirement 😀)
    Le coup du Scotch sur l’imagier je ne m’en remets toujours pas 😂
    Ma peur à moi est très classique : une araignée même minuscule a le don de me faire hurler comme une cinglée !
    Ici l’absence de phrases et de mots compréhensibles ne permet pas encore de savoir si la peur existe… rendez-vous dans quelques mois 😉
    Ah et je ne me souviens pas avoir vu de paon au zoo des Sables 😉
    Bisousss

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :