MON AVIS SUR… 1, 2, 3, SOPHIE LA GIRAFE

Récemment, on m’a proposé de tester un jeu autour des chiffres et de l’univers doux et bienveillant de Sophie la Girafe. Sophie, c’est un peu la bonne copine de tout le monde, celle qui se laisse machouiller et baver dessus par des générations d’enfants et qui a eu sa place dans des centaines de milliers de foyers à travers le monde. La retrouver sur un jeu censé aider Simon à découvrir les chiffres, c’était un peu comme boucler la boucle, du bébé qu’il était au petit – futur grand – garçon qu’il est en train de devenir. J’ai donc accepté avec enthousiasme, d’autant que c’est un sujet qui intéresse énormément Simon en ce moment (bien qu’il continue toujours à boycotter totalement le 3).

Le jeu en question se nomme « 1, 2, 3, Sophie la Girafe » et est édité par la société APICOOVE, spécialisée dans les jeux ludiques et éducatifs, et qui plus est garante d’une fabrication 100% française. La société fait preuve d’un engagement fort dans la lutte contre l’échec scolaire, et justifie sa démarche par le fait que plusieurs études ont démontré l’importance de cultiver et renforcer les fondamentaux avant l’entrée à l’école primaire. C’est quelque chose qui me parle particulièrement, moi qui peste régulièrement contre le survol fait à l’école de notions pourtant essentielles comme le calcul mental, l’orthographe etc.

Il existe plusieurs jeux au sein de la gamme « Sophie la Girafe », tout spécialement pensés pour accompagner les tout-petits dans l’apprentissage des fondamentaux (lettres, chiffres, mémoire…). Ils sont accessibles à partir de deux ans et évolutifs en fonction de l’âge de l’enfant.

Nous avons donc testé le jeu dédié à l’apprentissage des chiffres, qui se présente sous la forme de cartes à jouer, un format donc particulièrement pratique car transportable partout. 5 activités différentes sont proposées en fonction du niveau d’acquisition de l’enfant et de son développement. Deux cartes reprenant les différentes activités possibles sont mises à la disposition des parents.

Avec Simon, nous avons commencé par l’activité une : découvrir les chiffres. Elle consiste à aligner trois cartes au choix sur la table, et de demander à l’enfant de montrer le chiffre énoncé par le parent. Pour faciliter les choses et donner des repères à l’enfant, chaque chiffre a une couleur qui lui est propre et est également symbolisé par un objet reprenant à la sonorité proche de la sienne (ex : des « noeuds » pour le « neuf »). Cela a été particulièrement efficace avec Simon car en lui donnant d’autres pistes (ex: nous cherchons le six, qui est jaune comme un CItron), il a rapidement réussi à identifier les différents chiffres.

Nous avons ensuite essayé de retracer ensemble l’ordre logique des chiffres. J’ai aligné toutes les cartes dans le désordre sur la table, et je lui ai demandé de les remettre dans le bon ordre avec mon aide. Je lui énonçais le chiffre à l’oral, et lui demandais de me dire quel chiffre venait après. Au début, même s’il savait quel chiffre chercher, le nombre de cartes alignées devant lui rendait difficile le fait de trouver la bonne carte. J’avais déjà remarqué cela en jouant avec lui au Memory simplifié : il a du mal quand trop de propositions se trouvent sous ses yeux. Plus le nombre de cartes diminuait, et plus il trouvait facilement et rapidement le chiffre recherché.

A chaque nouveau chiffre trouvé, nous reprenions ensemble le compte des chiffres déjà retrouvés (1, 2, 3, 4…) ce qui lui permettait aussi de se rappeler plus facilement ce qui venait ensuite. Nous avons essayé de faire en sens inverse (quel chiffre vient avant) comme le préconisait la règle, mais la logique lui échappait et il n’arrivait pas à répondre. Je pense qu’il est encore trop petit pour comprendre que l’on peut compter en ordre décroissant.

De la même manière, la proposition d’activité numéro deux (associer les chiffres et le comptage en comptant par exemple combien de noeuds se trouve sur la carte neuf) est trop avancée pour lui, et il n’a pas su répondre à la consigne. C’est d’ailleurs là qu’il s’est désinteressé du jeu. L’éditeur rappelle d’ailleurs sur la règle du jeu que le moment doit rester ludique et agréable pour profiter à l’enfant, j’ai donc jugé bon d’arrêter avant que cela ne relève de la contrainte.

Pour les enfants un peu plus grands, d’autres cartes ainsi que deux activités associées sont prévues pour commencer l’apprentissage des additions. Pour Simon, c’est trop tôt, mais j’apprécie l’idée de me dire que ce jeu va tenir sur la durée. Simon a reçu certains jeux pour Pâques qu’il a maîtrisé tout de suite et qui du coup ne vont pas servir longtemps, ce que je trouve regrettable.

Pour résumer, je suis sincèrement convaincue de l’intérêt de ce jeu, qui aide à structurer l’apprentissage des chiffres de manière ludique et à l’aide d’un personnage connu et apprécié par l’enfant. J’aurais aimé pouvoir tester la variante avec les lettres, autre cheval d’apprentissage actuel pour Simon. Mon expérience personnelle confirme que le jeu peut être adapté aux enfants dès deux ans, même s’il est primordial de choisir un moment où l’enfant est réceptif et ouvert à l’apprentissage pour que cela fonctionne.

Envie de tester vous aussi le jeu « 1, 2, 3, Sophie la Girafe » ? Un exemplaire est à gagner sur ma page Facebook ! Vous avez jusqu’au dimanche 7 mai pour participer.

Les résultats du concours seront annoncés lundi 8 mai (pour ne pas concurrencer ceux de l’élection présidentielle ;-))

Bonne chance à tous ! 

Sophie la Girafeob_8a126f_unnamed-10ob_60c0ff_unnamed-12

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :