PRENDRE DU CHAMP

Mes chères lectrices, et mes quelques rares lecteurs,

Au quotidien, vous raconter mes petites aventures, vous confier mes réflexions sur la maternité, partager avec vous les moments passés avec Simon me fait toujours du bien. J’y prends un réel plaisir et, sans exagérer, j’ai l’impression d’avoir tissé avec au moins certain(e)s d’entre vous un petit lien certes très virtuel mais quand même suffisamment réel pour qu’il compte à mes yeux. Depuis un an, je vous confie le meilleur de moi-même et j’ai aussi le sentiment de recevoir beaucoup de vous aussi.

Cependant, si je dois être honnête avec vous comme j’ai toujours été, ces dernières semaines, il me prend l’envie de prendre un peu de champ. Je réfléchis beaucoup (trop, sûrement) et pour plein de raisons, j’ai besoin de faire une pause dans cette belle histoire qu’a été la création de ce blog. Certaines de ces raisons, j’ai envie de les garder pour moi, et j’espère que vous ne me tiendrez pas rigueur de cette pudeur. Parmi les autres raisons, celles que je suis prête à partager avec vous, il y a notamment ce sentiment d’être parfois – souvent – un peu fake quand je m’adresse à vous. Là, vous allez vous dire que la meuf vous bassine depuis le début de cet article avec l’honnêteté, le partage etc. et qu’après cela, elle vous balance ça. Honnête, je le suis. Mais comme toutes les blogueuses je pense, il m’arrive de mettre en scène la réalité, de lui passer une couche de vernis, comme un filtre Instagram qui permet de masquer les cernes ou les pores dilatés. J’ai encore eu un exemple frappant de cela ce matin, en prenant cette photo :

ob_f0ac8b_unnamed-7.jpg

J’ai fait un gâteau au chocolat avec Simon, et mon idée première était de partager cette photo avec vous. Et puis, je me suis dit que c’était une vraie imposture parce que ce que cette photo ne dit pas, c’est la crise de nerfs avant pour peser le sucre à ma place, la seconde crise de nerfs pour incorporer les blancs en neige à ma place, et la troisième crise de nerfs parce que le « tateau socolat » ne cuisait pas assez vite. Elle ne dit pas non plus qu’il a pris des miettes de gâteau pour en jeter sur son frère, ou qu’il a recraché par terre un morceau trop gros pour sa bouche. C’est facile de prendre la bonne photo, de figer un instant sans y inclure la toile de fond. Mais quelque part, c’est mentir, non ?

Et toutes celles d’entre vous qui tentent au quotidien de faire des choses avec leurs enfants savent que la réalité est souvent loin de ce qu’on s’était imaginé, ou du résultat qu’on tente d’afficher. La vérité, c’est que Simon a mangé ses crêpes seul le soir de la chandeleur car il était incapable d’attendre que les nôtres soient cuites. La vérité, c’est que quand on a été à l’aire de jeux indoor la semaine dernière, il a hurlé et pleuré parce qu’un enfant voulait faire du même toboggan que lui. La vérité, c’est que hier, il m’a fait une colère en mode « roulage par terre » pendant que j’étais chez Fly à acheter de la déco. Déco que j’aurais sûrement postée sur Instagram histoire de faire croire qu’en plus d’être mère, épouse, employée à temps plein, j’arrivais à être la parfaite femme d’intérieur. Mais les filles, je vais vous avouer un truc : il y a de la poussière sous mes meubles en chêne massif, des miettes sous les jolis coussins du canapé et mon gâteau au chocolat, il est trop cuit sur le dessous.

Je me mets trop de pression. J’essaie depuis 7 ans d’être une meilleure compagne que l’ex de mon mari. J’essaie depuis 7 ans d’être une bonne belle-mère. J’essaie depuis 7 ans de me rendre indispensable au travail. J’essaie depuis 2 ans d’être la mère parfaite. J’essaie depuis 31 ans de me plaire à moi-même. J’essaie depuis toujours aussi d’être là pour les autres, d’être ce qu’on attend de moi. Peut-être que je renvoie cette image grâce à la magie d’un filtre Valencia ou à une certaine capacité à aligner les bons mots. Mais du coup, je me perds en route, et j’ai l’impression de passer à côté de certaines choses. Et là, diverses tempêtes en moi font que je ne me sens pas très bien dans mes baskets, et je n’ai pas envie de faire semblant, je ne trouve pas cela honnête vis-à-vis de vous.

Du coup, vous ne m’en voudrez pas, mais je vais prendre un peu de champ. Cela n’a rien à voir avec vous. Au contraire, pendant cette année, je me suis souvent raccrochée à vos mots quand je perdais un peu le fil. Mais comme je n’arrive plus à tout gérer, je vais essayer de remettre de l’ordre dans ma tête avant de reprendre le cours de ce blog.

Je donnerai encore le nom de la gagnante du concours « Non Maman » lundi, et puis je vous laisserai (un peu) tranquille.

Quand je reviendrai, je vous promets qu’on repartira comme avant, que je resterai fidèle à l’esprit que j’ai toujours essayé d’insuffler à cette page: humour, mode, lifestyle, vie de parent… Tout ce qui vous a plu et vous a donné envie de cliquer, un jour, sur un gros pouce bleu pour me dire que vous aimiez ce que je faisais.

Le jour où, j’espère sincèrement vous retrouver. Je vous souhaite le meilleur en attendant.

Je vous embrasse très fort.

Madeleine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :