STUPEUR ET TREMBLEMENTS : LE TERRIBLE TWO EST ARRIVE !

Ah comme je suis bien là : il est 9h, Schatzi père et fils dorment encore du sommeil du juste et moi, je suis attablée devant mon PC, une tasse de café bien chaud à mes côtés, et je m'apprête à commencer mon premier vrai article de 2017. L'histoire ne dit pas quand je le terminerai car je mettrais ma culotte Etam Lingerie au feu que j'aurais à peine gloupsé ma première gorgée de café que je verrais débarquer les deux mâles de la maison en mode cheveux hirsutes et haleine de poney mort, ce qui m'obligera à reporter mes aspirations d'écriture aux calendes grecques.

Mais bon pour le moment, ça ronfle encore sévère dans la chambre d'à côté, donc profitons en pour aborder un sujet que j'aurais préféré ne jamais maîtriser. Oyez, oyez braves gens, c'est officiel : le terrible two est arrivé. Dis comme ça, ça fait genre Beaujolais nouveau, mais je vous assure qu'il n'y a rien à fêter…quoique du Beaujolais, pour surmonter ça, franchement, ça aiderait.

Donc, après des mois à prier pour passer entre les gouttes et à faire des offrandes aux grands esprits de la parentalité (oh toi, Dieu des Mamans, reçois mon teint de pèche et ma taille 36 en sacrifice et prémunis moi ainsi des colères au supermarché !), on y est quand même : notre petit lapin d'ordinaire si docile s'est soudainement mué en une espèce de terreur capable de te retourner un salon en l'espace de deux secondes si tu as eu le malheur de lui refuser un biberon à 3h de l'après-midi. Je te jure que le bal de fin d'année dans Carrie, c'est du niveau de Tchoupi et Doudou en comparaison.  

Ah, Schatzi senior est debout, et ma tortionnaire de machine à laver a fini son cycle et bippe en boucle pour le faire savoir. Je reviens.

Me revoilà : la machine est vide et Schatzi mange. On peut continuer. Donc tel un Pokémon, l'adorable petit Simon a évolué et chopé au passage de nouvelles techniques de combat telles que le cri strident, le roulage par terre et le tapage de pied, toutes capables de te mettre une Maman à terre en moins de tant qu'il ne faut pour crier "Finis ton assiette". Ah oui parce que chez nous, le terrible two s'accompagne d'un sommeil plus qu'aléatoire et d'un refus catégorique d'avaler quoi que ce soit qui ne soit pas du lait ou un Kinder Surprise.

Et que dire de cette nouvelle manie récemment développée qui consiste à répéter en boucle "Maman" jusqu'à ce que j'en arrive à envisager de mettre la tête dans le four ? Maman, Maman, Maman, Maman, Maman… Et si j'ai du bol, quand je lève les yeux vers lui, d'un seul coup, sans que j'ai fait ou dit quoi que ce soit, il se met à pleurer en mode "Mais pourquoi, pourquoi le destin m'a-t-il infligé une mère aussi bidon ? Je pouvais pas avoir Angelina Jolie, comme tout le monde ? Mais bon, à défaut de Lara Croft, je vais quand même me pendre à ses jambes jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus rien faire d'autre que de prendre dans ses bras, ça lui fera les pieds". Variante du Maman : le Non. 

Moi : Simon, tu veux sortir du bain ?

Lui (en pleurs) : Non !!!!!

Moi : Tu veux rester dans le bain ?

Lui (encore plus en pleurs) : Non !!!!!

Voilà, voilà…. Que fais-je, que fais-je ? Je décide de le sortir car l'eau est froide. Grave erreur, je perds un tympan au passage et finis à quatre pattes à éponger la salle de bains parce que, de rage, mon cher fiston a rejoué la scène du naufrage dans Titanic. Ambiance. 

Essayer de le raisonner ? Le laisser faire sa colère dans son coin ? Crier ? Pleurer ? Le câliner ? Je crois qu'on a tout essayé pendant ces quinze jours de vacances (qui n'en furent du coup pas, comme tu t'en doutes), et pour le moment rien ne fonctionne. Le seul dérivatif que j'ai trouvé, c'est de me poser avec lui pour construire la plus haute tour de Duplo qu'il soit. Mais dès lors que j'émets le souhait de reprendre une de mes activités passionnantes, comme plier le linge ou préparer le dîner, il se transforme soudainement en un ersatz de Godzilla qui démonte la tour d'un revers de patte avant de se taper la tête contre le plancher en chêne. Je te jure, il fout les boules, le courroux de Duplosaure ! 

Bref, on en chie gravement et rien de ce que j'entends ou ne lis ne me rassure sur le fait que cette crise va passer vite. D'autant que pour le moment, ce que je vois ne semble rien avoir à voir avec une quelconque recherche d'autonomie (moteur habituel de la crise des deux ans), donc on a encore de beaux jours devant nous en matière de psychodrames pédiatriques.

Serrer les dents, faire intervenir les négociateurs du RAID, boire pour oublier…Je suis à l'écoute de toutes vos suggestions pour gérer au mieux ce cap difficile. En attendant, je vous laisser, il est 10h et je vais devoir réveiller Schatzi junior pour l'emmener faire sa carte d'identité. Grand moment en perspective que celui de la prise d'empreintes… Bref, une journée comme on rêve, mais que j'aurai quand même pu commencer avec une heure pour moi, pour ce blog et pour ma machine à laver.

Peace !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :