IDÉES POUR UN PREMIER NOËL

Tu ne peux pas savoir à quel point j’aime Noël. C’est, de très, très loin ma période préférée de l’année, et j’ai la chance en plus de vivre dans une région où ça déconne pas question festivités : non seulement nous sommes méga balaises en marchés de Noël (toi, ami parisien qui me lie, je suis sincèrement désolée d’être si brutale mais les cahutes toutes blanches en bas des Champs qui ouvrent le 10 novembre, c’est PAS un marché de Noël !), mais en plus, on a plein de traditions annexes comme par exemple celles de nous transformer, l’espace d’un mois, en pâtisserie industrielle capable de te débiter 10 sortes de bredele en une après-midi. Enfin, je dis « nous », mais c’est pour me la bicher parce que pour ma part, j’en ai fait qu’une fournée, pour le moment, boulotée aussi sec par les trois puits sans fond que j’ai l’honneur d’appeler ma famille.

J’aimais déjà beaucoup Noël quand j’étais enfant. On se retrouvait tous chez mes parents, les cousins, les cousines, les oncles et les tantes, et on vivait l’espace de quelques jours les uns sur les autres dans une ambiance de joyeux bordel que n’aurait pas renié Jacques et Catherine Beaumont (oui, je suis fan d’une Famille Formidable. Abidoubada, abida blue…Et oui, ceci est bien une – pitoyable – tentative de chanter le générique par écrit)

J’ai commencé à adorer Noël quand j’ai eu l’âge (et le porte-monnaie) pour commencer à gâter mes proches. C’est peut-être cucul, mais moi, j’ai toujours pris un grand plaisir à passer du temps à choisir pour ceux que j’aime le cadeau idéal. Cela dit, j’aime aussi beaucoup recevoir, hein, Schatzi, surtout si recevoir inclue une certaine petite paire de boots repérée chez San Marina !

Je passerai sous silence la découverte bénie du vin chaud, vers la vingtaine, qui a soudainement transformé ma période de l’Avent en période de l’avant-vomito dans le caniveau.

Mais depuis que je suis Maman, je découvre Noël sous un tout nouveau jour encore : à travers les yeux de mon fiston. Cette année, c’est la première fois qu’il s’intéresse un peu, qu’il identifie ce qu’est un sapin (j’aimerais en revanche qu’il identifie davantage que les boules qui sont dessus cassent !) ou qu’il comprend que ce gros bonhomme rouge qu’on voit partout n’est pas un vieux pompier frappé d’embonpoint. Cette année, j’ai fait une lettre au Père Noël avec lui, il me flique m’aide chaque soir pour que j’allume bien toutes les guirlandes et toutes les lanternes, et on a même tenté l’expérience bredele avec lui (qui s’est soldée, en dépit de ce que la photo ci-dessous veut bien laisser croire, par une crise de nerfs pour cause de restrictions de transit entre la pâte crue et son estomac).

ob_36f257_blog2.JPG

Cette année, c’est bien, il comprend. Mais ça ne veut pas dire que l’an dernier, ce n’était pas bien non plus. Certes, il n’avait que 11 mois et tout ce qui l’a intéressé le soir du Réveillon, c’est de jouer avec les papiers cadeaux et d’essayer d’enlever le bonnet de Père Noël qu’on s’échinait à lui coller sur la tête. Mais le premier Noël de ton enfant, c’est quelque chose de très spécial, surtout si tu es un chouia ayatollah de la magie de Noël comme Schatzi et moi pouvons l’être. Du coup, on avait essayé de trouver des trucs pour marquer le coup, et je me suis dit que peut-être, cela pourrait t’intéresser si toi aussi, tu t’apprêtes à faire vivre son tout premier Noël à ton enfant. On en a réalisé certains, laissé d’autres de côté faute de temps, mais je te les donne tous en vrac, et tu feras ton marché.

Idée numéro un : la boule souvenir de Noël

C’est Schatzi qui a eu l’idée de consigner chaque année un souvenir de Simon dans une boule de Noël transparente à accrocher au sapin. L’an dernier, on y a mis sa toute première tétine, et cette année, on y rend hommage au désormais célèbre dinosaure-poule dont Simon nous a rebattu les oreilles des mois durant (malheureusement depuis tombé aux oubliettes, remplacé par ce que j’appellerais le « lion castré », soit un lion avec un rugissement de souris soprano – le chant lyrique, hein, pas le rappeur). Je l’admets, c’était coton de trouver un dinosaure et une poule suffisamment petits pour rentrer dans une boule de 7 cm de diamètre, mais à parent vaillant, rien n’est impossible ! Notre objectif, c’est de faire ça jusqu’à ses 18 ans, bien que j’ai d’ores et déjà mis Schatzi en garde sur le fait que son objet fétiche à 14 ans pourrait bien être un poster géant de la relève de Tabatha Cash (ok, peut-être la relève de la relève de la relève, mais comme pour tout le reste, en matière d’actrices porno, je suis restée bloquée aux années 90 !). Je ne manquerai pas de vous poster sur IG une photo de la boule dinosaure-poulesque une fois celle-ci suspendue à notre sapin Nordmann qui devrait pas perdre ses aiguilles mais qui les perdra parce que c’est Ikea et que chez Ikea, on perd toujours une pièce.

Noël

Idée numéro deux : le repas spécial de Noël

L’an dernier, Simon avait 11 mois, donc, mais toujours qu’une seule dent. Du coup, et parce que le pauvre enfant est doté de la mère paranoïaque de l’étouffement alimentaire, on avait pas du tout introduit les morceaux. Pourtant, cela me chagrinait que Simon doive se farcir son sempiternel petits-pois/carottes/jambon pendant que nous, on se tapait la cloche des heures durant autour d’un chapon de 10 kilos et demi. Du coup, j’ai cuisiné pour Noël en avance, et j’ai préparé pour lui des petits plats inspirés de la cuisine des grands, mais adaptés aux petits bouts de choux. 

Le 24 au soir, il a mangé de la polenta aux carottes et à l’orange, suivie d’une compote pomme-cannelle dans laquelle j’avais émietté un Butterbredele (sablé au beurre pour les non-initiés au doux dialecte de ma région) de sa Oma.

Le 25, c’était une purée de courge butternut mixée avec du chapon et des marrons, puis une compote pomme-mandarine avec un tout petit peu de chocolat.

Dans les deux cas, il s’est régalé, a découvert des saveurs un peu nouvelles pour son petit palais et profité des plaisirs de la table avec nous, à sa manière. Certes, avec des ingrédients comme la cannelle ou le marron, même dosés avec parcimonie, tu me diras que je risquais de passer ma nuit aux urgences pour cause de découverte subite d’allergie. Mais comme rien ne semblait indiquer de terrain allergène chez Simon, j’ai décidé de tenter le coup. Comme j’avais réalisé en amont une belle offrande au Dieu des fêtes de Noël (Toy’s Raus, comme chacun sait), on a pu passer le réveillon à la maison.

ob_7b71e3_img-6121.JPG

Idée numéro trois : le sapin en mains ou en doigts

TOUS les parents du monde ont cette obsession : immortaliser les empreintes de leurs enfants. Je ne sais pas pourquoi cela nous semble si important – peut-être pour pouvoir aider la police si notre gamin devient un jour un criminel recherché dans 43 états – mais on s’est tous laissés avoir à acheter ou à coller sur notre liste de naissance des kits de moulage en plâtre ou de peinture spéciale.

Mon beau-père avait vu son petit voisin de l’âge de Simon faire, et m’avait donné l’idée. Je n’ai pas eu le temps de le faire l’an dernier, mais cela reste dans ma to-do liste pour cette année. Cependant, d’expérience (on a offert des empreintes en peinture à a peu près tout le monde sur Terre l’an dernier), plus le bébé est petit, plus il est docile quant au fait de se faire peinturlurer les menottes en vert sapin pour modéliser du conifère sur feuille A4. Je te mets une image piquée sur le net pour que tu visualises, et je te publierai le résultat une fois fait avec Simon (sauf si c’est moche. Et, me connaissant, ce sera moche. Donc oublie, en fait).

Noel

Idée numéro quatre : le calendrier de l’avent inversé

J’ai vu passer cette idée cette année sur les réseaux sociaux, et je trouve le principe absolument génial : en gros, au lieu de tout bouffer le premier week-end de manger chaque jour un chocolat de ton calendrier de l’avent, tu prends une malle, un panier ou un joli sac, et tu glisses chaque jour dedans un objet que tu souhaites donner à une association.

Après les premiers mois de bébé, quand tes armoires débordent de vêtements trop petits, de jouets en triple exemplaire et de doudous de tous poils, profiter des fêtes de fin d’année pour en offrir une partie aux plus démunis, après avoir tant reçu, cela me semble une idée plutôt cohérente. D’autant que, soyons clairs : tu vendras nettement moins bien le concept de « donne tes jouets et tes vêtements au lieu de t’empiffrer de chocolat made in China » à ton gamin quand il aura 5 ans, que toute la classe aura un calendrier Cars et lui un panier pour Emmaüs.

NB : Pour celles qui paniqueraient à l’idée de ne pas avoir leur dose quotidienne de Kinder, vous savez que vous pouvez faire l’un ET l’autre 😉

Idée numéro cinq : un livre souvenir  

Je l’ai fait non pas pour Noël mais pour son baptême, l’an dernier, mais je pense que cela se prête bien aussi à cette occasion. Comme je l’ai dit, je viens – et Schatzi aussi d’ailleurs – d’une famille où Noël est très important, pas comme fête religieuse ou comme déversoir à cadeaux (non Madame, tant que tout rentre – en bourrant bien – dans la pièce, c’est qu’il n’y en a pas trop !), mais surtout pour la réunion de famille que ces quelques jours représentent.

Pour tous les membres d’une famille, le premier Noël passé avec le nouveau venu / la nouvelle venue est un moment particulier. Par contre, à l’inverse, le nouveau élément en question s’en tamponne le coquillard comme de sa première Pampers. Oui, maintenant. Mais dans quelques années, cela lui fera sûrement plaisir de lire quelques mots que lui auront adressés les gens qu’il aime le soir de son premier Noël.

Moi, pour le baptême, j’avais customisé un petit album, collé des photos des gens avec un petit questionnaire préétabli à côté (pour contrer les angoissés de la page blanche) : qui suis-je pour toi, comment ai-je réagi la première fois que je t’ai vu, que rêve-je de faire avec toi quand tu seras plus grand, qu’est-ce que je te souhaite pour cette journée spéciale… Bref, des trucs plutôt personnels qui lui donneront un aperçu de la relation qu’il entretenait alors avec la personne. Moi qui n’ai pas connu mes grands-parents, j’aurais aimé avoir une trace des sentiments qu’ils avaient à mon égard.

NoelNoel2

Et toi, comment as-tu prévu de fêter le premier Noël de petit Loulou ou jolie Choupette ?  

Noel
Ceci est la toute première lettre au père Noel de Simon (décembre 2015)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :