LIEBSTER AWARD… OU 11 SECRETS SUR MAMAN DES MERVEILLES !

Ces derniers temps, je m’auto-reproche pas mal de parler un peu trop de moi et pas assez du reste sur ce blog. Alors que j’avais la grande et sage décision de retourner à mes primes amours en pondant toute une série d’articles en mode « être Maman, parfois, ça sent le caca (au propre comme au figuré) mais c’est quand même le kif de ma life », j’ai été nominée aux Liebster Awards par la blogueuse devenue entre temps ma copine virtuelle Happynaiss.

Le principe du jeu est de livrer en mode free-style 11 secrets sur soi, et de répondre ensuite à 11 questions imposées (alors si je suis élue Miss France, mon rêve serait de sauver les pandas et de résoudre le conflit israélo-palestinien. Non en vrai, ce serait le dressing de Carrie Bradshaw et des chips qui font pas grossir). Du coup, je suis bien obligée de parler ENCORE de me, myself and I, en espérant que cela ne fera pas fuir les personnes nouvellement débarquées sur ce blog (au passage, bienvenue les filles, enlevez vos chaussures et mettez-vous à l’aise !)

On est donc partis pour une série de révélations palpitantes (trop pas) sur ma petite personne. Je te préviens, y’a de la breaking news digne d’un bandeau de BFM TV (trop pas bis).

11 secrets sur Maman des Merveilles 

1) J’ai peur des paons. Alors oui, je sais que le monde entier à part moi trouve que c’est le plus magnifique des volatiles que la Terre ait jamais portée (en même temps, y’avait qui en face ? La poule ? Le dindon, avec son acné purulente chronique ?). Mais moi, ils me foutent une trouille bleue, genre crise de panique, tachycardie et pleurs incontrôlés. Une fois, au Portugal, Schatzi a dû me traîner comme un âne pour sortir d’un château en ruines, tout ça parce qu’un imbécile de paon squattait pile devant la porte. J’ai tellement peur que je suis capable de téléphoner dans un parc avant de m’y rendre pour m’assurer qu’il n’y a pas de paon en liberté. Là, tu te dis « cette femme est gravement dérangée ». Et ben non, ma grande, parce que je suis pas la seule, en fait ! Tape « Peur des paons » dans Google, et tu verras (bon ok, il n’y a qu’un résultat…Mais quand même !)

2) Une fois, quand j’étais petite, avec ma soeur, on a accompagné ma mère à une vente de vêtements dans un magasin d’usine. On a fait tellement le bordel (on a même réussi à se faufiler dans l’usine pour mettre en route des machines !) que ma mère a donné les Boulis en chocolat qu’elle nous avait achetés pour le goûter à des enfants dans la rue. Une anecdote qui fait aujourd’hui rire tout le monde, sauf ma mère, qui continue de nous interdire formellement de manger des Boulis au chocolat. Ce qui est assez simple puisqu’on en trouve plus nulle part.

Pour info, Bouli, pour les non-trentenaires, c’était ça :

3) J’ai eu un VRAI coup de foudre pour mon Schatzi. Genre les jambes qui flageolent, le coeur qui s’emballe, les mains qui deviennent moites et la bouche sèche. Je l’ai vu pour la toute première fois dans le bureau de mon ex-chef (puisque comme tu le sais, nous travaillons ensemble) et j’ai eu toutes les peines du monde à regagner ensuite mon bureau sans défaillir. Après ça, chaque fois que je devais l’appeler pour un truc de boulot, je répétais mon texte une demie-heure dans ma tête, et je te dis pas combien de fois j’ai raccroché avant de finir de composer le numéro ! Au final, à peine huit mois plus tard, mes désastreuses tentatives de drague ont fini par payer (par quel miracle, je me le demande !), et je l’ai eu, mon homme idéal !

4) Je déteste plein de trucs que les gens aiment : Berlin, les Kinder Bueno, les Minions (ça, tu le savais déjà vu que je déverse régulièrement ma haine à leur encontre sur cette page), Avatar, Harry Potter, les oignons sur les tartes flambées, Marc Levy, Kiabi, Jean-Luc Reichmann, les vidéos de chatons sur Youtube, les yaourts avec des morceaux dedans, le lait et Cara Delevingne (sérieux, c’est quoi ces sourcils, meuf ?).

5) Je suis la soul sister de Monica Geller. J’ai un besoin compulsif de passer l’aspirateur, de faire la vaisselle tout de suite après le repas et de remettre en place les coussins du canapé. Mon odeur préféré, c’est celle de la lessive « Ariel » et je ne suis pas loin de considérer le repassage comme une activité « détente ». La seule chose qui échappe à ma maniaquerie, c’est ma bagnole. C’est mon placard secret à moi, et Richard n’est même pas dedans (comprenne qui pourra / qui connaîtra comme moi par coeur chaque réplique des 10 saisons de Friends).

6) Adolescente, je rêvais d’inverser de vie avec ma soeur. Je la trouvais tellement canon que je reprochais mentalement à mes parents de lui avoir refilé toute la beauté et de m’avoir refourgué un gros cerveau pour compenser (quand j’y pense, c’était à la fois bête ET méchant, comme réflexion). Elle savait trop bien s’habiller (pour le goût de l’époque, dirons-nous !), elle se maquillait et se faisait des supers coiffures, et elle avait tellement de succès avec les garçons qu’en 3ème, un type avec qui j’aurais aimé sortir m’avait dit non à moi avant de chercher à sortir avec elle ! Heureusement, aujourd’hui, l’équilibre est rétabli dans la force et on est toutes les deux canons ET intelligentes (#danstesrêves).

7) Ma Maman a été gravement malade deux fois coup sur coup quand j’avais 18 et 19 ans. Pour son premier souci de santé, j’étais en pleine période de partiels et mon père a voulu me préserver en ne me disant rien avant que je ne rentre, le week-end qui a suivi. Je lui en ai tellement voulu que depuis, chaque fois que quelqu’un de ma famille m’appelle en dehors des horaires, disons, « habituels », je flippe qu’il se soit passé quelque chose. Une fois, j’ai même engueulé ma soeur comme pas possible parce qu’elle m’avait appelé en pleurant parce que son poisson rouge était mort !

8) J’ai toujours dit que je ne voulais pas d’enfants. Déjà petite, je ne jouais pas à la Maman plus que ça, je préférais habiller mes Barbie et leur faire faire des défilés de mode. D’ailleurs, anecdote en passant, ma soeur et moi faisions aussi des défilés de « moches » avec les Barbies dont la tête était tombée et qui du coup avait une sale tronche : les enfants sont décidément cruels. Jusqu’à 28 ans et 5 mois, c’était niet pour moi, la maternité. Et puis ma meilleure amie est tombée enceinte, et j’ai trouvé son mari tellement touchant, tellement excité à l’idée d’avoir un bébé, que j’ai décidé de dire oui moi aussi à Schatzi (qui lui était prêt depuis longtemps à remettre le couvert). Depuis, je nage dans la félicité de la maternité (même si je bois parfois quelques bonnes tasses !).

Barbie

9) Je suis accro au Coca Light. Je sais que c'est pas bon pour la santé, que c'est bourré d'aspartame et que c'est encore plus efficace que le Destop pour déboucher des toilettes, mais j'y peux rien, ça fait 15 ans que je m'en enfilerai par intra-veineuse si je pouvais. J'ai bien essayé parfois d'arrêter ou de réguler ma consommation, comme pendant ma grossesse par exemple, mais c'est plus fort que moi, il me faut ma dose quotidienne. 

10) J'ai un meilleur ami, Ludo, depuis 15 ans maintenant, et on a une relation très, très particulière, basée notamment sur des surnoms pourris ("la tanche", "Big white ball" ou "Pigeon tribal" pour ne citer qu'eux) et sur une légère propension de ma part à le frapper (mais toujours gentiment, surtout depuis le jour où je lui ai mis un coup dans le nez et où il m'a dit que si j'avais frappé un peu plus haut, son os de nez serait remonté dans son cerveau et qu'il serait mort). On dispose d'un réservoir quasi-inépuisable d'histoires communes (le clou et Godzilla, la nuit des 7 vomis, le pochtron qui dormit dehors, la tragique fin de Daphnée l'araignée…dit comme ça, on dirait une version trash des fables de la Fontaine !) qu'on ressasse en boucle à chaque fois qu'on se voit pour le plus grand désespoir de nos conjoints respectifs. Bref, Ludo, c'est mon bro.

11) Je n'ai fait qu'une seule fois du ski, en classe de neige en CM2, et c'était une vraie catastrophe. La première fois que j'ai pris le tire-fesses, j'ai paniqué à mi-parcours : j'ai lâché la barre, perdu mes skis et roulé comme une merde sur le côté sans réussir à me relever derrière. J'ai loupé de peu mon Flocon, et on m'a donné l'Ourson histoire que je ne rentre pas bredouille. Le comble de tout, c'est que ce séjour a fait l'objet d'une K7 vidéo vendue ensuite à nos parents, et que les deux seuls fois où j'y apparais, je ris comme une baleine et je massacre "Regarde moi" de Céline Dion dans le micro du bus (Audrey, si tu me lis, je suis sûre que tu t'en souviens !). 

11 questions à Maman des Merveilles

1) Depuis quand blogues-tu?

Très exactement depuis le 11 janvier 2016, soit un peu moins d'un an. C'était une envie de longue date, que j'ai concrétisée une fois que j'avais trouvé un sujet inspirant (mon fils, en l'occurrence.)

2) Les trois articles phares de mon blog 

Je vais pas parler en termes de popularité, car elle est somme toutes toujours assez modérée, mais je vais te donner mon top 3 de ce que j'ai pris le plus de plaisir à écrire :

1) Avant-Après

2) Sister, Sister

3) Les angoisses du parent 

D'ailleurs, je reviens à toi, nouvelle venue (si tu es restée après que j'ai dit détester les vidéos de chatons), tu sais que j'en ai écrit plein, des articles, pendant cette année chargée, et que cela me ferait ma journée si d'aventure, tu avais envie d'en lire quelques uns 😉

3) Un pays ou une ville à visiter

Vesoul ! Non, je déconne (la fille est traumatisée, la preuve !)

D'instinct, j'ai envie de répondre Barcelone, ma ville de coeur. Mais comme pour moi, visiter signifie découvrir, et que Barcelone, je connais par coeur, je dirais Montréal.

4) Avec quoi peut-on te corrompre ? 

Il me semble que la réponse est claire pour tout le monde : avec des cartes cadeaux Zara, bien sûr !

5) Ce que tes amis disent de toi

Que je kick le ass de Florence Foresti question humour !

Non bon en fait, quelqu'un l'a dit une fois.

Et il était bourré.

Et c'était moi.

Je sais pas, moi, faudrait leur demander ! Après tout, si c'est mes potes, ils disent ce blog, non ? Allez les mecs, on se sort les doigts du séant et on dit ce qu'on a à dire !

6) Un kif, un bonheur

Les premiers mots que Simon se décide à prononcer depuis quelques temps : Papa, Tatie, Tonton, Tata, Bibi, Hugo, Dodo et, bien sûr, ce Maman que j'attendais tant ! La première fois qu'il l'a dit, je n'y croyais pas, il a fallu qu'il le répète encore, et encore, pour que je réalise que ce jour que j'avais tant espéré était arrivé !

7) Si on te donne une baguette magique, tu…

Je sais ce que Schatzi croit que je vais répondre : que je raboterais mon nez d'une quinzaine de centimètres (au bas mot !).

Je sais ce que ma mère croit que je vais répondre : que je donnerais crédit illimité à ma carte bancaire. 

Je sais ce que mon boss croit que je vais répondre : que je triplerais mon salaire tout en diminuant mon temps de travail. 

Mais vu que je suis une femme qui aime surprendre son monde, voilà ce que je ferais si j'étais Marraine la bonne fée (dans ta face, Harry Potter, quand on me dit baguette magique, c'est même pas à toi que je pense !) : je rapprocherai la Meuse, Avignon, Paris, Thionville et tous les endroits où vivent des gens qui me sont chers de Strasbourg. Parce que je crois que si je pouvais changer quelque chose dans ma vie franchement déjà réussie, ce serait que mes proches le soient, proches.

8) Un aliment que tu détestes ?

Sans hésiter, les oignons, même si le chou et le cassoulet viennent franchement pas loin derrière !

9) Ton film préféré

Etant une nana assez indécise, je ne peux pas me décider entre "Dirty Dancing", "La cité de la peur" et "Love Actually".

10) Un livre que tu recommandes

Je suis une grande lectrice et j'aime notamment les romans américains qui suivent l'histoire d'une famille ou d'un groupe d'amis sur plusieurs décennies. Là encore, comme je suis indécise, j'en citerais trois que j'ai lus récemment : 

Les Petites Consolations, de Eddie Joyce

Retour à Oakpine, de Ron Carlson

Maine, de J. Courtney Sullivan

11) Ton métier

Je suis dans les camping-cars, plus précisément au service Marketing d'une société allemande. Ca vend pas du rêve, là comme ça, mais c'est plutôt sympa. 

Nomination

C'est là que le bât blesse, parce que franchement, je ne vois pas qui nominer. Parmi les rares blogueuses que je suis, je ne sais pas si elles seront open à l'idée de tartiner dix couches sur leur vie perso.

En plus, je ne les connais pas, et j'ai peur qu'elles se demandent "Mais c'est qui cette gourdasse qui parle de moi dans son article alors que je ne la connais ni des lèvres, ni des dents ?" (comme tu le vois, ça vole toujours haut question assurance, ici !). 

Du coup, je vais me contenter de citer quelques blogs que je prends plaisir à lire sans que cela ne les contraigne à continuer cette "chaîne" de quelque manière que cela soit :

Le blog de Maman Plume

Wafa's blog 

GMT-30

Parents à contre-courant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :