CH’SUIS BALADE…

J’ai une crève d’enfer, le combo ganglions-reniflements trop glam-toux qui gratte, bref la totale. Mes M deviennent des B, mes P deviennent des B, enfin tout son sortant de ma bouche transpire le B comme bouché, bouché, bouché. J’ai un oeil qui se démaquille tout seul parce, du fait d’une anomalie du constructeur, je ne pleure que d’un oeil, ce qui me donne un petit côté « Double face » dans Batman : une face Sephora, une face Panda.

Je compte sur le Dieu Fervex pour m’arranger cela d’ici demain (et la reprise du boulot après ce week-end prolongé et replongé d’un jour). En attendant, je ne suis que l’ersatz d’être humain sur canapé, noyée sous les mouchoirs, le nez rouge et irrité tartiné d’Homéoplasmine, attendant la pub du Meilleur Pâtissier pour que Schatzi m’applique mon « Vix Vaporub » (mes éloges à celui qui a pensé ce nom et intelligemment remplacé le « me » de rhume par un B pour que les gens comme moi – à l’agonie, donc – puissent néanmoins le prononcer).

Quand j’étais petite, et que j’étais malade, ma Maman me mettait au Dodo, souvent dans son lit d’ailleurs, et je pouvais regarder la télé toute la journée avec une tonne de coussins autour de moi. Quand venait l’heure du repas, elle me ramenait mon plateau directement dans mon paddock, et je me délectais de coquillettes-jambon devant Mimi Cracra ou, plus tard, la saison 2 de Friends (Oh mon Dieu, oh mon Dieu, Spoiler alert, Ross et Rachel se sont embrassés !!).

Mais aujourd’hui, c’est moi la Maman. Du coup, même à l’article de la mort (note que la meuf n’a pas peur de manier l’hyperbole), je dois quand même m’occuper de Simon, de la maison, du repas et des lessives. Certes, rendons Schatzi ce qui est à Schatzi, il prend bien le relais quand on se retrouve dans cette situation. Mais j’ai beau essayé de lui expliquer, mon petit Lapin ne comprend pas qu’escalader Maman (en lui mettant au passage quelques coups de genou bien sentis dans le bas-ventre) n’était pas exactement la chose à faire quand la Maman en question est plus loque que la plus loque de tes copines. De même qu’il ne comprend pas que ma patience – déjà assez limitée en temps normal – devient quasiment inexistante en phase d’attaque microbienne. En clair, difficile pour moi de supporter une énième crise de nerfs à cause d’un jouet qui marche pas comme il veut ou d’un repas qu’il a pas envie d’avaler sans péter un boulon en mode « Butain de bordel de berde, j’en ai barrrrrrrrrreeee ! ».

Dans ces moments-là, donc, tu ne rêves que d’un truc, c’est de revenir la fillette que sa Maman bordait (et non pas mordait, la règle du M qui devient B ne s’appliquant heureusement pas dans ce cas précis) et de te laisser poupougner jusqu’à ce que ton petit corps tout faible retrouve sa vigueur habituelle. Mais au lieu de ça, tu t’arraches à ton pote l’oreiller pour aller honorer tes obligations de parent, et tu rêves du moment où, le soir, tu pourras enfin t’écrouler sur n’importe quelle surface à peu près plane et moelleuse en priant très, très fort pour que tes microbes aient envie de migrer vers un corps plus jeune et ne décide de coloniser ton gamin.

Bref, je suis balade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :