DES LARMES, DE LA SCIENCE ET (BEAUCOUP) DE CARTONS

C’est officiel : depuis vendredi 13h environ, c’est les vacances, et ce, finalement bien pour trois semaines tel que prévu initialement. Certes, je vais avoir du mal à ne pas du tout allumer le PC pro, mais je vais essayer de m’en tenir au minimum syndical (= virer les spams et transférer les urgences aux collègues qui, eux, ne sont pas en vacances mais sauront déjà se venger quand je serai revenue et eux partis).

Je ne peux pas dire qu’ils commencent particulièrement biens, ces congés tant attendus. Déjà, il y a eu la claque, cinglante, violente, que tous nous avons pris dans la tronche dès le réveil en ce maudit 15 juillet, après nous être endormis, paisibles, au son lointain des feux d’artifice qui éclairaient le ciel à quelques kilomètres de là. Les larmes qui roulent sur mes joues à peine sèches de Bruxelles, Istanbul, Orlando, Magnanville…La peur au ventre, à nouveau, comme un cruel rappel à l’ordre après les festivité footballistiques des dernières semaines…L’effroyable pensée que demain, ce pourrait être ici, ce pourrait être nous…La honte de léguer à Simon un tel décor, puis la gratitude d’avoir ce dont d’autres parents se retrouvent aujourd’hui privés. L’envie de le serrer fort, pour me faire pardonner ce monde où un simple camion blanc devient arme de destruction massive. Le dégoût face aux journalistes sans éthique et aux politiciens sans décence, aux paroles de haine et aux amalgames qui nous divisent quand nous devrions au contraire nous rassembler.

Mais la vie continue, elle doit continuer sinon ils auront gagné, et c’est donc le coeur lourd que nous avons décidé, avec Schatzi, de ne pas céder à la peur et de laisser dans un coin de notre esprit la promenade des Anglais pour nous concentrer sur notre déménagement, nos travaux et le taux de rendement de notre nouvelle plancha. Bon, il faudra également conjuguer avec la rhino-pharyngite d’Hugo et la varicelle roséole scarlatine de Simon (comme tu le vois, les médecins sont méga sûrs de leur diagnostic…j’aimerais quand même que quelqu’un m’explique une bonne fois pour tous pourquoi j’ai un fils blanc à pois rouges depuis une semaine maintenant). Il faudra aussi venir à bout de ce maudit déménagement. On va faire un pacte, les gens : si j’évoque encore une SEULE fois la possibilité de racheter un autre appartement ou une autre maison durant, disons, les cinquante prochaines années, attachez-moi à une chaise et abandonnez-moi au rayon cuisine d’Ikea (aucun être humain normalement constitué ne peut survivre à trois heures passées à configurer sa cuisine Ikea). Je pense cartons, je viens cartons, je mange même dans des assiettes en cartons parce que mes vraies assiettes sont dans, devinez quoi ? Des cartons.

Samedi matin, j’ai quand même pris le temps de faire quelque chose avec les enfants, et notre idée initiale, c’était la piscine. Mais dans un logique implacable que seul un employé administratif peut comprendre, la pisicine près de chez nous est fermée pour vidange au mois de juillet. Du coup, changement de programme, et direction le Vaisseau pour le plus grand plaisir d’Hugo et le « je m’en foutisme » total de Simon trop occupé à contempler les petites tâches rouges  sur son bras (le début de la fameuse varicelle/roséole/scarlatine/allergie aux cartons).

Le Vaisseau, c’est un peu notre Cité de la Science à nous, alsaciens : un musée entièrement dédié à la science, sous toutes ses formes, et pensé pour les enfants. Je dis sous toutes ses formes car cela englobe aussi bien l’étude de la nature, des plantes, des animaux que celle des phénomènes physiques (électricité, eau, son), chimiques, mathématiques, logiques, ou encore du corps humain et de ses forces et failles. Bref, un concentré de savoir présenté d’une manière très ludique, et donc parfaitement adaptée aux petits. Le musée est conseillé à partir de 3 ans mais je me souvenais pour y être allée avec Hugo étant enfant que certaines activités étaient largement à la portée de Simon, comme le petit chantier de construction ou la découverte du jardin.

Le Vaisseau propose une exposition perrmanente, mais également toujours un programme temporaire, qui porte en ce moment sur le son. Les enfants ont pu découvrir plein de manières de faire du bruit, de produire des sons harmonieux et de les associer pour en faire de la musique. Simon a joué avec les tubes à vents, Hugo s’est éclaté sur la mini-table de mixage, et nous avons passé un très bon moment dans cette joyeuse cacophonie.

Hugo a également pu tester une partie que j’affectionne particulièrement de l’exposition permanente qui consiste à se mettre dans la peau d’une personne handicapée : en réalisant un parcours en fauteuil roulant, en évoluant dans le noir le plus total ou en apprenant à signer son prénom. Je ne suis pas persuadée que Hugo ait réellement pris la peine de réfléchir à ce qu’il faisait mais je trouve que ce genre d’expérience ne peut qu’être bénéfique pour l’ouverture d’esprit et l’acceptation des différences.

Le temps est passé vite, et les deux loulous ont passé un très bon moment, dans un endroit qui plus est climatisé (et je te jure que c’est un critère particulièrement important à mes yeux actuellement !).Reste maintenant à les occuper pendant les trois semaines restantes, et je peux te dire que nous avons intérêt à nous accrocher pour nous faire pardonner cette semaine 100% travaux, vu l’humeur maussade d’Hugo et la période actuelle en mode « moule à son rocher » (comprenons bébé à sa Maman) que traverse Simon. Il est loin le temps où ma principale activité vacantesques, c’était l’application régulière et méticuleuse de monoi. Mais bon, on va croiser les doigts pour boucler le gros cette semaine et pouvoir profiter des deux prochaines avec (un peu) plus de sérénité et un peu moins de cartons.

En attendant, je vous laisse, j’ai encore une bonne trentaine de verres à vin à emballer avant d’aller au lit. Qui a dit « vaissellier de popoche » ?

obpicdO83VUobpicE2zJNtobpicEyC9L1obpicIMBQpYobpicNoZRP6obpicRuZv2oobpicTbsmXU

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :