T’AS VOULU VOIR VESOUL…

Aujourd’hui, je loupe les soldes.

Je loupe les soldes parce que je suis en déplacement.

Je suis en déplacement à Vesoul.

Vous pouvez envoyer vos dons à l’adresse suivante : la fille qui pleure dans sa chambre au Mercure. Rue du trou de croupion du monde 70 000 Vesoul les boules.

En même temps, mon banquier a l’air de m’en vouloir un peu d’avoir crâmé mon plan épargne retraite dans du carrelage (quoi que vu le taux foireux qu’il me propose, je pense qu’il sera bientôt mon ex-banquier), donc je pense que Vesoul ou pas Vesoul, cette année, les soldes, je me les accroche de toute manière, à moins que les RH à mon boulot aient enfin décidé de mériter leur nom et de me payer mes heures supplémentaires. Pour être sûre, je ferais bien la danse des heures sup, mais j’ai peur de me tromper de pas et de rameuter la pluie, qui vient juste de se faire enfin la malle. Imagine, je claque un kick ball change de trop avant  mon arabesque et c’est reparti pour quinze jours de plongée sous-bruine.

Je pense que ces propos désordonnés et pour le moins vides de grand sens sont clairs : je suis à Vesoul, je suis seule et je tente d’établir un lien avec la civilisation par le biais du seul moyen de communication qu’il me reste, ce blog, en comptant sur le Wifi plus qu’aléatoire dont je dispose. Je pense que si le mec de la réception arrête de pédaler, je ne finis pas cet article. En même temps, moi qui suis toujours si nostalgique de jadis, naguère et tantôt, je devrais kiffer ce revival du modem 56k. Vesoul, ville vintage.

Demain, je vais aller assister à des courses de vélo. C’est l’objet de mon excursion en Haute-Saône, et la raison pour laquelle j’ai encore dû délaisser mon Lapin pour 3 jours. Lapin qui, d’ailleurs, n’a plus de nounou pour le garder jusqu’à nouvel ordre, sa pauvre Tatie étant contrainte au repos total pour cause de sciatique chronique (je la plains, vraiment, c’est une femme bien et je suis désolée qu’elle souffre autant). Mais du coup, je vous dis pas la gymnastique organisationnelle que cela implique, sans parler du crève-coeur que cela représente pour moi, Maman Poule, de laisser petit Loulou chez Opa et Oma et de ne le voir donc que quelques heures de temps en temps. Pour vous dire, j’ai emmené un body à lui avec moi dans la valise (à Vesoul. je m’en remets décidément pas) et je peux ainsi me faire un shoot de sa délicieuse odeur de bébé qu’aucune lessive du monde ne pourra effacer (au contraire, heureusement, de celle de son intolérance aux brocolis).

Ah, et puis y’a mon petit neveu, Nino, qui veut toujours pas débarquer après avoir pourtant joué à toc-toc-toc sur le col de ma frangine pendant tout le 8ème mois. On a un deal, lui et moi, il peut venir entre le 25 et le 27, ou sinon il attend le 2. Même pas né, et déjà soumis aux contraintes imposées par le taf de sa Tata préférée (car seule. Seule dans le sens qu’il a pas d’autre tata. Pas seule dans le sens « seule à Vesoul envisageant le suicide par empoisonnement au gel douche Accor Hotels »). Ah d’ailleurs, je lance une autre collecte pour financer l’acheminement de la dite-Tata, du Tonton et du cousin depuis leur belle Alsace jusqu’au Palais des Papes, vu qu’il y a environ un avion tous les mille ans entre ces deux destinations et que la SNCF se touche sur le tarif de son trajet en TGV. A votre bon coeur, M’ssieurs Dames !

Tu sais quoi ? Je te le dis comme je le pense, écrire cette longue litanie me fait du bien. Mieux, ca me rebooste (la cédille manque, je sais, mais dis cela au clavier allemand de mon PC). Tiens, pour un peu, je sortirais découvrir Vesoul by Night. Ses PMU. Et puis, euh, ben ses PMU.

Du coup, tu m’en voudras pas pour cet article (sauf si tu ES de Vesoul auquel cas conspue moi. Ou viens me voir, tiens !). Il parle de rien, il raconte rien. Si, que j’ai les boules, pas de neveu et pas de fric, quoi.

Bon et toi, toi qui n’es pas à Vesoul, t’as fait les soldes ? T’as acheté quoi ? T’as profité du soleil ? T’as fait la fête de la musique ? Bref, t’as vécu (contrairement à moi) ? Fais ta B.A, raconte moi et sors moi de ma torpeur francomtoise !

PS : au cas où, j’avais tapé « Zara Vesoul » ou « Mango Vesoul » dans mon iPhone avant de partir. Naive que je suis…

PPS : J’ai quand même acheté un dentifrice, et il était pas cher. Ca compte comme des soldes ?

PPPS : Je dédie cet article à mes collègues Justine et Anne-Sophie qui vont vivre pire que trois jours à Vesoul. Elles vont vivre trois jours DE WEEK-END à Vesoul. Les filles, faites pas de connerie, lâchez ce gel douche Accor Hotels.

PPPPS : Je le dédie également au mec de la réception qui a continué de pédaler, me permettant de le finir. Bravo, mec.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :