Hier, j’ai jeté un oeil à mon séjour et je me suis dit que, quand même, la déco avait un peu changé depuis l’arrivée de petit Loulou. Certes, on a récupéré une grande partie de notre salon depuis que le parc a été démonté et rangé à la cave pour raisons de sécurité (il faisait des tractions dessus…des tractions ! C’est quoi la prochaine étape? Des prot’ dans le bibi pour accélerer sa prise de masse ?). Mais les tables ont des coins en mousse, les prises sont bouchées et tous les objets susceptibles d’intéresser Simon – et je peux vous dire que le spectre est large vu que sa dernière grande passion en date, c’est le couvercle du panier de linge sale – soigneusement dissimulés en dehors de son champ de vision (ce qui fait que tu passes quinze plombes à chercher la télécommande que tu as caché tu ne sais plus où pour éviter que Choupi ne fasse une O.P.A sauvage dessus, mais bon passons).

Je ne te parle pas bien sûr des jouets, que nous essayons tant bien que mal de contenir dans une grande boite, mais qui s’éparpillent quand même dans le salon au gré des envies de notre décorateur d’intérieur en couche-culottes. Je pense que quand on va déménager le mois prochain, on va retrouver de quoi ouvrir une Grande Récré sous le canapé et derrière les meubles du salon.

Bref, tout cela m’a fait me dire qu’il y a pas mal de choses qui ont été introduites en fouine par petit Lapin dans notre foyer auparavant si bien tenu et parfaitement rangé. Et j’ai aussi constaté que bon nombre de choses qui m’étaient jusqu’à présent totalement inconnues font désormais partie de mon quotidien. Du coup, j’ai eu envie de les lister, pour le fun, ces trucs qui se sont immiscés dans mon quotidien depuis que j’héberge un post-bébé et un pré-ado sous mon toit.

J’ai pris 3 kg rien qu’en regardant un paquet de Choco-BN !

biscuit fourre.jpg

Avant, question gâteaux et friandises, je donnais carrément dans le minimalisme. Pour te résumer la chose, disons que si tu voulais grignoter un petit truc sucré chez moi, ben j’avais du sucre en morceaux. Ou du miel liquide. Ou du sirop pour la toux aromatisé framboise.

Maintenant que j’ai un enfant avec un nombre raisonnable de dents (ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques semaines de cela), et un autre en pleine croissance un week-end sur deux, j’ai intérêt à toujours avoir la dose de chocolat si je ne veux pas risquer la méga crise de manque qui se traduirait pour l’un par une explosion de pleurs et pour l’autre par un « Chez Maman, y’en a toujours, du Milka » auquel il faudrait me retenir de répondre quelque chose de très méchant induisant un lien de cause à effet entre le dit-Milka et la circonférence des cuisses d’une certaine personne.

Donc il m’a fallu trouver une place dans mes placards entre le quinoa et les feuilles d’algue nori (à quoi je pensais quand j’ai acheté ça ? Comme si j’avais le temps de faire des sushis maison…) pour les Pepitos et les Granolas de nos bambins.

Je peux résister sans trop de souci aux Princes de Lu. Je donne même carrément ma part de Figolus ou de Chamonix (BEURK) (on dit pas BEURK, on dit « je n’aime pas »). Mais les Delichocs…mon Dieu, les Delichocs ! Mais le mec qui a inventé ça, il me voulait du mal en fait ! Il a été mandaté par une certaine personne désireuse de se venger d’une blague malvenue (mais drôle) sur des cuissots fourrés au Milka.

Sérieusement : leur acheter des Delichocs et espérer que je ne les mange pas tous, c’est comme prendre une bombe suédoise de 20 ans souffrant d’une absence de figure paternelle comme jeune fille au pair et espérer que les hormones de Schatzi se tiendront tranquilles.

Quoi que je fais davantage confiance aux hormones de mon Schatzi qu’à mon estomac en ce qui concerne les Délichocs.

Mon congélateur est plein de Tupperwares !

ob_180733_img-5334.JPG

Avant, dans mon congélo, il y avait principalement des glaçons (rapport à mon addiction passée aux Mojitos dont je vous ai déjà parlé). Désormais, il n’y a pas un millimètre carré qui ne soit occupé par un petit Tupperware rempli, au choix, d »écrasé de patate douce et vanille », de « risotto kiri-jambon » ou de « purée de petits pois, lait d’amande et filet mignon haché ».

Oui, je suis une de ces mères accros à son Baby-Cook qui passe son dimanche à mitonner des petits plats faits maison à son bébé. Et qui, du coup, nourrit son homme et elle-même d’Houmous industriel et de gressins au sésame. Et après, je m’étonne de craquer sur les Delichocs. BREF.

D’ailleurs, ça me rappelle qu’une fois, après avoir fait le plein de légumes bio au supermarché, j’ai lancé à mon Schatzi : « dis donc, le bac à bières, pour le coup, il est plein de légumes ! ». Ah, on me dit dans l’oreilette, qu’en fait, à la base, il est prévu pour ça, le bas du frigo.

Le houblon, c’est un genre de légumes, non ?

Y’a un cochon qui squatte ma téloche !

Peppa Pig

Je vous en ai déjà parlé, mon Simon est en méga-kif sur Peppa Pig, la nouvelle vedette porcine des touts-petits qui a ringardisé Babe, Peggy et Porcinet réunis !

On essaie de ne plus allumer autant la télé qu’avant, avec Schatzi. On la regarde principalement le soir, quand Simon est couché et que tu peux te permettre de regarder Jamie et Cersei Lannister transgresser tous les codes de la bienséance fraternelle sans risquer de traumatiser notre enfant.

Mais les rares fois où on l’allume en journée, immanquablement, c’est pour regarder l’amie Peppa bousiller sa robe dans une flaque de boue. Ce qui va à l’encontre de ma politique qui consiste à traiter tes vêtements comme des êtres vivants qui ont droit au respect et à l’absence de tâche de boue. Je soupçonne d’ailleurs Peppa, avec ses idées progressistes sur le fait qu’un enfant est en droit de se salir, d’engendrer le point qui va suivre.

A quand un épisode « Peppa Pig sépare le blanc et les couleurs » ?

J’ai un Everest de fringues à repasser

ob_3f805d_img-5335

Tu vas me croire folle mais, à la base, j’aime bien repasser. Non mais sérieux, ça m’a toujours détendu de m’installer devant un épisode de Friends et de m’appliquer soigneusement sur un col ou une jupe plissée. Enfin, ça, c’était avant…. Parce que désormais, quand je m’attelle au repassage, c’est l’intégralité des dix saisons que je peux me taper !

Mon souci, c’est que je SAIS que je devrais plier le linge après l’avoir décroché de l’étendoir. Je SAIS que je devrais secouer chaque vêtement pour enlever les plis, ou faire sécher sur cintre. Je sais tout ça. Mais je m’obstine à dépendre tout à l’arrache et à le benner comme une immense masse informe dans le panier de linge à repasser. Tout comme je sais que ça ne changera pas la face du monde si je ne repasse pas une taie d’oreiller qui sera de toute manière refroissée à la seconde où ma tête se posera dessus la prochaine fois.

Mais je suis une maso du repassage, que veux-tu. Je sacrifie un soir par semaine à repasser le linge de mon homme, mon fils, mon beau-fils (et le mien, quand j’ai le temps, sinon tant pis, moi je suis chiffonnée de nature de toute manière). Et la semaine d’après, j’en redemande.

Sinon, aux JO, y’a pas repassage comme épreuve ? Non mais parce que je m’entraîne sévère depuis 1 an et demi !

Lego a home-stagé ma maison

ob_bdaef5_img-5336

Pour Hugo, c’est « un musée Lego que tout le monde peut venir admirer » (s’ils paient l’entrée, je dis banco !). Pour moi, c’est un p*** de nuit à poussière qui me donner des aigreurs d’estomac dès lors que j’entreprends de mettre un pied dans la chambre de mon beau-fiston pour la nettoyer.

J’aime les Lego. Mais quand il servent, quand on joue avec. Pas quand on se contente de les monter puis qu’on les laisse croupir sur une étagère pendant des mois. D’autant que, depuis qu’il a fallu les évacuer de l’étagère la plus proche du sol pour cause de petites mains baladeuses simonesques (et de la peur panique de Maman qu’il s’étouffe avec la tête de Chewbacca), ils sont tous entassés sur une seule et même Lack Ikea, s’entremêlant les uns aux autres, comme dans un espèce d’immense cross-over entre Star Wars, Marvel et Ninjago.

Je nourris l’espoir d’un tri opéré en amont de notre prochaine déménagement. Comment ça, « dans mes rêves » ?

De mon temps, les Lego, c’était en vrac dans une boite sous le lit !

C’est ambiance « picoti picota » dans ma voiture 

picoti picota.jpg

Je ne sais pas à quand remonte la fois où j’ai pu écouter autre chose que « Jean-petit qui danse » ou « Une souris verte » dans ma propre voiture. On tourne en boucle avec trois CDs, dont un entièrement en allemand, et gare à moi si l’envie me prend de mettre autre chose.

De la même manière, Simon fait une fixation sur la climatisation qui ne doit jamais, au grand jamais, aller sur ses jambes. On a donc plutôt intérêt à checker l’orientation des bouches de ventilation à ses pieds avant d’entreprendre le moindre voyage que ce soit.

Il est loin le temps où j’écoutais FG à fond les ballons dans ma Saxo Bic. 

Je flippe en lisant des bouquins (et Stephan King n’a rien à voir là-dedans)

ob_fbbfac_img-5345.JPG

On ne sait jamais ce qui peut se cacher au détour d’une page d’un imagier pour enfants. Un serpent, une araignée, ou, pire que tout, un paon. 

Cet abominable oiseau, avec ses milliers d’yeux dégoutants et son air vicieux, m’a surpris en plein milieu d’un livre sur les animaux de la ferme, et je n’ai pas eu d’autre choix, pour éviter à mon Choupi d’horribles cauchemars mettant en scène des paons lui dévorant le visage en faisant la roue (je connais des gens très biens qui se réveillent en pleurs la nuit après des rêves de ce type), que de censurer la page avec de la Masking tape recyclée du mariage.

Comment ça ? Personne à part moi n’a peur des paons ?

Et toi, qu’est-ce qui a changé chez toi depuis l’arrivée de tes enfants ? 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :