JOYEUSE FÊTE, (MA) MAMAN DES MERVEILLES !

Aujourd’hui, c’est notre journée, celle où on va nous offrir des bougeoirs en pâte à sel, nous réciter un poème appris par coeur à l’école ou nous amener le petit déjeuner au lit. J’avoue, je n’ai pas autant d’ambition concernant mon Choupi, je serais déjà contente si on passe une journée sans crise de nerfs et grosse colère, et sans repas de midi renversé sur mes chaussures (les prémices du terrible two, faut croire, mais mec, t’as carrément de l’avance, il n’a que 16 mois !).

En ce jour spécial qui fait la joie des maîtresses d’école (ou pas d’ailleurs, superviser la production en série de 25 colliers de pâtes, ça doit pas être du gâteau) et des fleuristes, je suis loin de ma mère, comme chaque année maintenant depuis 6 ans où la fête des mères tombe en pleine période de sur-activité au boulot. Je vais l’appeler, tout à l’heure, pour savoir si son cadeau « Mondial Relay » lui a plu et lui chanter sa chanson de fête des mères, comme tous les ans. Oui, j’ai presque 31 ans et je chante « il fait beau temps, je t’ai cueilli un cadeau » tous les ans à ma mère au téléphone. D’aucuns diront pathétique, moi je dis que je suis mignonne, c’est tout. 

Maman, je sais que tu me lis, alors en plus de ta super chanson, cette année, tu auras le droit à une déclaration devant la France entière (j’exagère un peu, disons devant les presque 600 personnes qui suivent ce blog sur Facebook). C’est mieux qu’un bouquet de fleurs moches importées en go-fast de Hollande à cause de la pénurie d’essence, non ? 

Maman, du plus loin que remontent mes souvenirs, tu as toujours été mon guide, mon référent, mon modèle. Tu m’as donné l’essentiel : un toit sous lequel vivre ; un sein, puis un biberon, puis un frigo pour me nourrir ; des repères pour bien grandir. Tu m’as aussi donné ce qui, malheureusement, relève pour certains enfants du superflu, à savoir un cadre, un chemin et une ligne directrice, qui m’a permis de devenir la femme que je suis et d’éviter les pièges (comme quand tu m’as dit que faire psycho à la fac était le meilleur moyen de faire carrière dans le commerce de Big Macs). 

Grâce à toi, j’ai toujours su me débrouiller par moi-même et prendre les bonnes décisions (sauf quand j’ai voulu me teindre en rousse à 18 ans et que ça a viré au rouge). Tu m’as aussi inculqué l’importance de prendre soin des autres, la générosité, l’altruisme, et je pense pouvoir dire que, grâce à ton enseignement, je suis aujourd’hui une personne sur laquelle on peut compter.

Maman, je pense à ton parcours de vie, aux épreuves auxquelles tu as dû faire face, et je vois comment, à chaque fois, tu as su te relever, écorchée, abimée certes, mais combative et toujours plus heureuse d’être debout. Je pense à combien de fois tu nous as répêté l’importance de savourer les petites choses de la vie et d’arrêter de regarder ce qui nous manque pour prendre la mesure de ce qu’on a. 

Je pense à tous tes bons conseils, à toutes les fois où je me suis tournée vers toi pour savoir où mener ma barque, et où, plutôt que de me conseiller d’emprunter le long fleuve tranquille, tu m’as laissé tenter la descente en rafting. Je pense à tes encouragements quand j’ai choisi de vivre avec un homme plus âgé, déjà papa, pas encore divorcé. Je pense au bonheur dans tes yeux le jour de mon mariage, toi qui pourtant n’accordes pas beaucoup de crédit à cette institution. Je pense à la joie de Simon quand il voit sa Mamie, à votre complicité, à ta bienveillance qui me fait reprendre espoir quand il est difficile. 

Maman, tu es mon étoile du berger, et tu brilles dans mon ciel alors même que tu te trouves à quelques centaines de kilomètres de moi. Il y a presque 31 ans, une infirmière a coupé le cordon qui nous liait l’une à l’autre (vu que Papa s’était dégonflé). Pourtant, je me sens chaque jour plus proche de toi. 

Joyeuses fêtes des mères, Maman chérie.

Et joyeuses fêtes des mères à vous, mes jolies, que la journée vous soit douce et que vos hommes et vos enfants vous gâtent autant que vous le méritez, et ça, c’est pas peu dire.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :