MA PARENTHÈSE ENCHANTÉE

Ma petite soeur habite à Avignon depuis de nombreuses années maintenant, et c’est un peu une tradition pour nous d’aller leur rendre visite sur l’un des grands week-ends de mai. Cette année, c’était d’autant plus important pour moi d’effectuer les quelques 700 km qui me séparent d’elle car c’était ma dernière occasion de la voir enceinte (souviens-toi, je t’avais parlé de sa grossesse ici), son terme étant prévu début juillet.

Je m’en plains pas mal ces temps-ci, je ne touche plus terre au boulot et je commence à avoir beaucoup de mal à concilier mes obligations professionnelles, l’organisation de notre prochain déménagement, la tenue de ce blog et, surtout, ce qui compte le plus à mes yeux, ma vie de famille. Du coup, cette petite parenthèse sudiste tombait vraiment à point nommé, et même si je n’ai pas pu couper complètement mon PC (que ce soit le pro ou le perso), j’ai quand même réussi à me ménager pas mal de temps avec ceux que j’aime. Et ça, mes amis, y’a pas mieux pour recharger ses batteries !

J’ai adoré ce week-end pour plein de raisons, dont toi, saleté de Mistral qui nous a contraint à rester la plupart du temps cloîtrés à l’intérieur, ne fait clairement pas partie.

Déjà, le simple fait de voir ma soeur, avec son joli bidou tout rond et son enthousiasme communicatif de femme enceinte (c’est la seule personne que je connaisse qui semble réellement regretter d’en être déjà au 8ème mois). J’ai adoré découvrir la chambre de mon neveu chéri, faire l’inventaire de ses petits vêtements et écouter ses parents imaginer leur futur à trois. Moi qui pleure déjà toutes les larmes de mon corps devant Baby-Boom, autant vous dire que la perspective de rencontrer, dans quelques semaines à peine, mon joli Nino me remplit de joie et fait perler des larmounettes au coin de mes yeux déjà assez facilement impressionnables.

Ensuite, ce week-end a marqué une série de progrès très nets de la part de Simon en termes de langage et de compréhension. Je ne suis pas encore tout à fait remise de l’avoir entendu dire « Chocolat » ou chanter « Biquette, Biquette » à sa manière si personnelle (« tewawa quette, quette »). Je saoule Schatzi avec le récit de ce moment où, à la vue d’un manège, il l’a pointé du doigt en me disant « Regarde », avant de se précipiter dessus, ne me laissant que peu de choix quant au fait d’acheter ou pas un ticket pour le dit-carroussel. Je l’ai vu apprendre ce qu’est la lune (et la montrer à tout le monde, du coup), imiter le grand cerf dans la chanson du même nom et, accessoirement, trouver le moyen de désactiver le mode essorage de la machine à laver (ce qui ne figure pas exactement dans la catégorie « meilleurs moments du week-end », surtout après avoir passé 30 minutes à éponger la flotte).

De plus en plus, j’ai conscience que mon Bébé s’en va et laisse place à un adorable petit garçon avide de savoir et à l’esprit chaque jour plus vif. Mais, pour autant, il est encore bien présent, ce tout petit loulou, quand il dort contre moi ou se précipite pour me couvrir de câlins. Moi qui étais carrément crevée, j’ai pris le temps de faire une belle et longue sieste avec mon petit Lapin, et, soyons honnêtes, ce sont quand même les meilleures de toutes.

J’ai également adoré voir Schatzi aider mon beauf à finir la chambre de Nino, et même si leurs discussions enflammées sur le thème « Casto ou Leroy ? » n’ont suscité en moi que peu d’intérêt, c’était rigolo de les voir filer tous les deux chez Bricoman, excités comme des gosses lâchés dans un magasin de jouets. Une belle complicité existe entre l’Alsacien pur jus et le p’tit gars du Sud, et cela contribue à renforcer notre jolie famille élargie.

J’ai conscience que rien de vraiment exceptionnel ne s’est passé durant ce week-end, mais il m’a fait du bien, et m’a rappelé que quelques soit le rythme effrené que l’on s’impose au quotidien, le temps que l’on passe en famille est toujours réparateur. J’ai repris la semaine sereine et reposée, prête à affronter le prochain éboulement du ciel sur ma tête.

Ah, et en plus, on a mangé plein d’olives et explosé le compteur à tomates séchées, ce qui, de facto, fait de ce week-end un moment inoubliable.

ob_14ecb6_3ea03488-fbe8-486f-aabb-e6d48bb7b851

ob_6c7e78_baby

ob_9de326_90d3bd45-ca69-4a7e-9365-60629f626ca5

ob_9ef81e_gaufre

ob_95562f_lune

ob_1e664b_maman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :